Nous relayons ci-dessous un certain nombre d'informations pour la plupart communiquées par des médecins et que chacun peut utiliser sous sa propre responsabilité.
Toutefois,
ces informations n'ont pas vocation à remplacer l’avis de votre médecin traitant et en aucun cas leurs auteurs ne pourront être tenus responsables de problèmes qui résulteraient de leur utilisation.
Les personnes âgées et/ou présentant des pathologies particulières ne doivent pas s'auto-médiquer sans l'avis d'un praticien de santé compétent.
Ces informations sont uniquement complémentaires des conduites à tenir préconisées par le gouvernement et des éventuels traitements officiels présents ou à venir.
En aucun cas ces informations ne suggèrent d’arrêter ou de modifier quelque traitement que ce soit.

En tout état de cause, il n'y aucune interaction médicamenteuse entre l'homéopathie et les médications chimiques.

1 -  Les conseils d’Anne-Marie TUBÉRY-CLAUSTRES, Médecin Homéopathe à la retraite

 En PREVENTIF

       Alterner 6 jours/ 7, pendant 2 semaines:        

       le 1er jour : une dose d’INFLUENZINUM en 9CH,

       le jour suivant, une dose de SERUM de YERSIN en 9CH 

Ou en granules : 10 granules, qui équivalent à une dose, à laisser fondre sous la langue.   

Influenzinum et Sérum de Yersin ont une action positive sur la relance de l’immunité.

Les preuves biologiques font défaut, mais les faits cliniques sont là. Ces remèdes ne sont pas uniquement préventifs de la grippe saisonnière.

Dans ma pratique médicale, j’ai constaté leur efficacité thérapeutique réelle dans les affections O R L de la  petite enfance comme dans les affections broncho-pulmonaires du sujet âgé.

Je l’ai constaté également dans la prévention des infections secondaires à la chimiothérapie. La prise d’une dose d’Influenzinum 9 CH, 2 fois par semaine diminuait considérablement le nombre et l’intensité des infections  intercurrentes.

  • En CURATIF

INFLUENZINUM, une dose 9CH  le matin   )      pendant

SERUM de YERSIN, une dose 9 CH le soir   )     2 semaines 

En cas de fièvre, il faut savoir que le Paracétamol (Doliprane, Dafalgan, Efferalgan) diminue les défenses immunitaires. Il est donc  nécessaire d’être très prudent.  Au minimum, ne pas utiliser les doses maximales recommandées.
S’adresser aux remèdes homéopathiques suivants qui peuvent réduire l’intensité des symptômes :
Eupatorium et Bryonia sont particulièrement indiqués ; Aconitum, Belladona agissent contre la fièvre ;  Drosera et Coccus cacti sont des remèdes de la toux. Ne pas oublier Gelsemium : il aide nos enfants et petits-enfants à vaincre le trac des examens, il nous aidera à vaincre le trac de……..devinez !  Aconitum vous aidera à éloigner la peur, car elle est mauvaise pour votre immunité.

Ce n’est pas la première fois que l’homéopathie est proposée en période d’épidémie. : en 1991 une épidémie de choléra a touché plusieurs pays d’Amérique Latine dont le Pérou tout particulièrement. L’une des régions a été  prise en charge par une équipe de Médecins Homéopathes qui travaillaient au  sein de l’Association Homéopathes Sans Frontiere(H.S.F.). Les résultats probants obtenus (diarrhées de moindre intensité, taux de guérison significativement plus élevé) ont convaincu les Autorités scientifiques et administratives de l’intérêt de l’Homéopathie.

  • Pendant le confinement

Aérer son logement régulièrement.

Faire plusieurs fois par jour une dizaine de respirations profondes, dehors ou fenêtre ouverte. Un poumon oxygéné se défend mieux face aux agressions. Les mouvements respiratoires nous permettent d’amplifier l’apport d’oxygène, cet oxygène que les virus n’aiment pas.

 

Pas de confinement psychique !  Faire travailler :

- son CORPS : (gymnastique quotidienne, yoga, méthode Nadeau, danse -de Salon !-),

- son ESPRIT : (lire, méditer, prier),

- son CŒUR : (protéger les autres en se protégeant,  soutenir,  aider,  informer).

Se laver les mains au savon. Le port d’un « barrage mécanique » est nécessaire, et en l’absence de masque, utiliser un foulard ou une écharpe, mais penser à les laver après un contact (eau savonneuse javellisée).

  • A propos du PLAQUENIL (Hydroxychloroquine)

Il est normal de l’utiliser dès le début des symptômes, associé à l’antibiotique (Azithromycine). Le réserver à la seule forme grave n’est pas logique. Sa toxicité se manifeste en cas d’utilisation prolongée, (par exemple dans les maladies auto-immunes comme le Lupus érythémateux) … Sur ce sujet et sur l’ensemble des questions posées par Covid19, consulter la vidéoconférence du Docteur Eric Ménat.

   

2 - Quelle attitude face à l’épidémie du Coronavirus ?

Dr Éric Ménat - 01/04/2020

 

En complément des recommandations officielles qu’il faut suivre, voici quelques précisions et conseils.

Nous sommes en confinement. Il est important de le respecter. N’oubliez pas que le virus se transmet autant par les contacts que les « postillons ». Attention à ce que vous touchez quand vous n’êtes pas chez vous et lavez-vous les mains régulièrement.

Les gants sont utiles UNIQUEMENT s’ils sont JETABLES et que vous les jetez dès que vous les avez utilisés (pour les courses ou les transports en commun).

Les masques sont indispensables si vous êtes malade et utiles quand vous allez faire vos courses. Si vous vous promenez seul, le masque est facultatif, car le virus ne parait pas être dans l’air ambiant.

Ce virus est une grosse grippe, c’est donc potentiellement grave, mais la majorité des personnes infectées par le COVID vont totalement guérir sans séquelles. Il est nécessaire de ne pas céder à la peur, car cette dernière fait chuter vos défenses immunitaires.

Les personnes à risque sont les malades fragiles et les personnes âgées fatiguées.

On a mis en évidence un risque plus important en cas d’insuffisance respiratoire, mais aussi de maladie cardio-vasculaire comme l’hypertension. Il est recommandé à ces personnes de s’isoler plus rigoureusement encore pour éviter la contamination.

Il y a tout de même beaucoup d’autres choses à faire pour limiter les risques et se soigner.

Tous les hivers, je propose des traitements de prévention des infections et ça marche plutôt très bien. Nous n’avons aucune étude suffisante sur le COVID alors en attendant nous appliquons ce que notre expérience des autres virus nous dicte.

 

 EN PRÉVENTION :

Je vous invite à manger de façon équilibrée et diversifiée. Il est important de manger un peu plus gras à condition de choisir des bonnes graisses (œufs, avocats, oléagineux, poissons gras, huile riche en oméga-3…). En même temps, faire un jeûne intermittent en ne prenant qu’une soupe ou une tisane le soir peut être utile. Pensez à boire régulièrement des boissons chaudes. Un citron chaud le matin au réveil, du thé vert et des tisanes (en particulier de thym et romarin) dans la journée. Du bouillon et de la soupe aux repas.

Si vous le pouvez malgré le confinement, allez vous aérer et « prendre le soleil » quand il est présent. Si vous en avez la possibilité, faites 30mn de gym et/ou vélo d’appartement tous les jours chez vous (au minimum).
Ne passez pas votre temps devant la TV et surtout pas devant des informations en boucle, anxiogènes. Redécouvrez la lecture, la musique et pratiquez la méditation.

En termes de traitement préventif, il parait utile de prendre :

  • Des probiotiques, car votre immunité dépend en particulier de la flore
  • De la vitamine D sous contrôle médical
  • De la vitamine C (naturelle ou liposomale)
  • Du Zinc absolument indispensable (15 à 30 mg de gluconate ou de bisglycinate de zinc/ jour)
  • Des cures de gelée royale. 10 jours par mois, éventuellement alternées avec du pollen frais.

 L’aromathérapie est importante face aux infections virales. On peut utiliser en prévention 5 jours sur 7 :

  • HE de Ravintsara: 2 gouttes sur les poignets matin et soir
  • HE de Tea tree: 2 gouttes le soir à la fin du repas sur un aliment.

Pour stimuler les défenses et réduire le risque d’infection ou pourra alterner par exemple :

  • Propolis : 3 gélules matin et soir - 1 semaine sur 2 en alternance avec
  • Echinacea : 2 gélules matin / midi 1 semaine /2

L’homéopathie a également sa place face à cette épidémie même si là encore nous manquons d’études pour le prouver officiellement.

Pour autant, les homéopathes du monde entier et en particulier en Chine, en Inde et en Italie (sans parler des français), se sont penchés sur la question et ont mis en évidence des remèdes spécifiques des symptômes. L’homéopathie, je vous le rappelle, n’agit pas sur le virus lui-même, mais sur notre terrain pour améliorer nos défenses. 

En prévention on peut envisager de prendre 5 granules le matin à jeun des remèdes suivants :

  • Lundi : THYMULINE 9CH
  • Mardi : GELSEMIUM 30CH***
  • Mercredi : INFLUENZINUM 9CH
  • Jeudi : CAMPHORA 15CH
  • Vendredi : SÉRUM DE YERSIN 9CH
  • Samedi : BRYONIA 30CH
  • Dimanche : AVIAIRE 9CH

Ces suggestions peuvent être modulées en fonction du traitement de fond personnalisé de votre homéopathe.

*** Gelsemium est le 1er remède répertorié Coronavirus par les homéopathes chinois, utilisable en préventif et en curatif.

EN CAS DE SYMPTÔMES associant fièvre et toux, n’hésitez pas à contacter votre médecin traitant ou le service de garde de votre ville.

En attendant ce contact, vous pourrez prendre les 3 premiers jours :

  • PROPOLIS : 4 gélules avant les 3 repas
  • HE de RAVINSTARA et TEA TREE : 2 gouttes de chaque sur un sucre à la fin des 3 repas
  • OSCILLOCOCCINUM : 1 dose matin et soir loin des repas

EN AUCUN CAS, ne PRENEZ d’anti-inflammatoire comme l’ibuprofène ni d’aspirine ni de cortisone si vous avez de la fièvre. Même le paracétamol n’est pas idéal, car la fièvre est salvatrice.

Ne prenez du paracétamol que si vous avez des céphalées insupportables.

Sinon respectez la fièvre et contactez-votre médecin pour un traitement homéopathique adapté.

Phytofrais diffuse un extrait d’Artemisia

L’Artemisia étant un anti paludique reconnu,  cet extrait hydroacoolique à 30% d’alcool d’Artemisia absinthium (de composition proche de l’Artemisia annua) est utilisable en prévention à raison de 10 gouttes matin et soir (en cas de contact avec une personne contaminée : 3 fois/jour), 5 jours/ semaine.

(Laboratoire Phytofrais, 4 avenue de Toulouse 31390 Carbonne).

MEDIAMINE : IMUNIMA
Régulation fonctionnelle immunitaire sur le même principe que les Sérocytols.
Nos adhérents bénéficient de 20% de réduction avec le code DEFENSE20
09 51 68 78 25 – www.mediamine.fr

APONAT : Nous recommandons enfin  APO-CV.DEFENSE, gouttes antivirales du laboratoire APONAT (à base d’huiles essentielles ) et Pao pereira, stimulant de l’immunité, disponibles au 06 71 47 76 94 ou sur Internet : www.aponat.es

 

 L’ARGILE et le coronavirus
 
Nos derniers bulletins 110 et 111 évoquaient les diverses propriétés de l’argile. Il s’avère que ce matériau est efficace, lui aussi : 2 à 3 cuillerées à soupe d’argile verte, 3 fois par jour, après sédimentation quelques heures dans un grand verre d’eau, peuvent permettre un retour à la normale très rapide, à condition de continuer l’administration (à dose moindre) pendant 4 à 6 semaines et de le consommer à distance d’autres traitements.
Une vidéo est disponible sur Internet :

https://www.observatoire-reel.com/Interview-L-argile-une-tradition-a-l-efficacite-averee-contre-le-coronavirus-avec-Jade-Allegre_a329.html

 

Nous nous autorisons enfin à relayer l’expérience d’un médecin de terrain qui montre qu’une association d’antibiotiques conventionnels vient rapidement à bout des symptômes évidents du Covid-19, empêchant ainsi l’hospitalisation et donc le passage en réanimation.
Nous conseillons par conséquent les personnes présentant des symptômes de type grippal tels que décrits ci-dessous à solliciter dès lors de leur médecin traitant la prescription d'un traitement de ce type et adapté à leur individualité.

 

A xxx, comme chacun de mes confrères du Centre Médical, j’ai reçu depuis 15 jours en consultation déjà au moins 36 patients pour des syndromes grippaux atypiques, ayant les symptômes bien évocateurs du Covid 19.

En effet, les symptômes comme de la fièvre, de la toux, des maux de gorge très inflammatoires, de l’anosmie, agueusie, des troubles digestifs inauguraux et des malaises pour des patients âgés, qui pour la plupart avaient été vaccinés ou avaient déjà fait la grippe saisonnière, dont 11 ont fait une forme sévère. Ces patients n’ayant évidemment pas été testés, faute de tests disponibles jusqu’à il y a une semaine, ces tests restant très rationnés, dans un labo distant d’1/2 h en voiture.

Pour toutes les formes sévères et variées de pneumopathies sur des sujets à risque (diabète, obésité, âge avancé, troubles cognitifs, terrain cardio vasculaire ou cancer…) j’ai prescrit dans un premier temps de la Rocéphine injectable selon la corpulence, ce qui a rapidement fait chuter la fièvre et amélioré certain symptômes respiratoires chez les patients. Cependant, malgré ce traitement à large spectre, il demeurait souvent une dyspnée avec état inflammatoire des bronches et du rhinopharynx, une sibilance, une oppression thoracique, ou des glaires épaisses et douloureuses dans les voies aériennes supérieures et inférieures.

Parallèlement, pour un jeune de 23 ans ayant les mêmes symptômes grippaux, mais ne présentant pas de risque autre qu’un terrain allergique, avec fièvre, toux et aggravation inquiétante de l’essoufflement et oppression thoracique à J7 , n’ayant que la clinique pour prendre une décision, je l’ai traité par Zeclar /Innovair /anti-histaminique comme pour une surinfection de bronchiolite chez les nourrissons ou une pneumopathie atypique printanière. Traitement qui a donné un très bon résultat en à peine 24h sur tous les symptômes…

Confortée par la rapidité et l’efficacité de cette classe médicamenteuse, j’ai donc ajouté à tous mes cas critiques cette prescription de macrolide (Zeclar, Rulid ou Zithromax dont on connait l’action bactéricide sur les germes atypiques et l’action virucide), ce qui a dans les 24h amélioré les symptômes subsistants chez tous les patients, même sévères, âgés ou polypathologiques.

En cas d’essoufflement et/ou de toux rebelle, je prescris volontiers une association fixe de bronchodilatateur et de corticoïde inhalé, et un anti-histaminique sur les terrains allergiques (pour réduire l’inflammation générale).

Je fais un suivi journalier de tous ces cas de syndromes grippaux atypiques et en particulier pour tous les cas sévères.

Pour ceux à la limite de l’hospitalisation, je constate que sous ce double traitement, (Rocéphine en intra musculaire ou sous-cutanée et macrolide par voie orale, bronchodilatateurs), ils n’ont plus de symptômes inquiétants ou sont déjà guéris.

Pour les cas les moins sévères, le macrolide suffit et agit dès les premières 24h tant sur la toux, la fièvre, les myalgies, les signes ORL et l’état général.

C’est étonnant.

Quel que soit le stade d’avancement de la maladie lors du début du traitement (J5, J7, J9 ou J12), je constate une réponse significative en moins de 48h et généralement dans les 24h, sur la surinfection, et les symptômes inquiétants, manifestement dissociée de l’évolution naturelle du virus.

N’ayant pas accès aux tests, je ne peux pas savoir si la charge virale diminue avec ce traitement, mais il est certain qu’avec ce traitement on lutte efficacement contre la surinfection et l’inflammation, ce qui est l’objectif et m’a permis d’éviter au moins 7 hospitalisations dont 5 au-dessus de 75 ans.

En espérant que cela sera utile pour contribuer à la prise en charge en ambulatoire des cas groupe I et II et éviter le basculement vers l’hospitalisation et la réanimation.

En attendant d’autres consignes thérapeutiques pour les cas graves, comme l’hydroxychloroquine, que je ne me suis pas risquée de prescrire, dans l’attente, cela pourrait peut-être aider d’autres patients, notamment âgés, ou en institution. Ou éviter le recours à la quinine en cas de contre-indication ou de risque de toxicité.

Bien cordialement, Dr P.F

 

Des renseignements complémentaires sont disponibles auprès de l’Association Solidarité Ressources Santé - 05 34 25 94 60 - www.solidaritemalades.fr

Nous remercions les Drs C.Lécussan, E.Ménat et A.M Tubéry-Claustres pour leurs communications.

 

 

 

 

 

 

Tous renseignements complémentaires auprès de l’Association Solidarité Ressources Santé.

  05 34 25 94 60 - www.solidaritemalades.fr

Nous remercions les Drs C.Lécussan, E.Ménat, A.M Tubéry-Claustres et J.Allègre pour leurs communications.

baspage

- Association Solidarité Ressources Santé

- 48 avenue Léon Blum - 31500 Toulouse

- © 2013 solidaritemalades.fr

- Téléphone : 05 34 25 94 60

- du lundi au vendredi de 13 h 30 à 17 h 00

- solidaritemalades (arobase) wanadoo.fr